A peine promulguée, la loi sert déjà d’arme contre une organisation reconnue. En effet, ce mercredi 1er octobre signe la possibilité de saisir la justice par la parole non pas d’une seule et unique personne mais d’un groupe. Ici, on ne peut pas réellement parler de consommateurs puisqu’il est question de locataires. Ces derniers sont mécontents et le font savoir en ne faisant qu’un de manière à faire valoir leur droit en passant par la justice française. Mais quel est le fond du problème ?

Lire la suite >>