Accueil du blog
0

Syndic de copropriété : carton rouge !

Posté le 28/05/2014 par Rémi de Pagesimmoweb

Dans le collimateur de deux associations, à savoir UFC-Que choisir et l’Association des responsables de copropriété, les syndics sont victimes d’une véritable levée de bouclier. En cause : la hausse des tarifs pratiqués atteignant presque les 24%. Les principaux acteurs concernés sont les grands groupes de syndic représentant plus des 2/3 du marchéNexity, Foncia, Immo de France, Citya, Loisel & Daigremont).

 

Cette hausse concerne un cas particulier dans la gestion des comptes bancaires. En effet, la hausse n’est pratiquée que lorsque le compte bancaire en question passe d’une gestion sur l’ensemble des copropriétés vers une gestion au cas par cas de ces dernières. Ce glissement du global au cas par cas a donc subi une forte hausse en termes de frais de gestion.

Mais un problème se pose depuis l’entrée en vigueur de la loi ALUR. Les textes soulignent que désormais la gestion se fait sur un compte séparé (un compte par copropriété), et que le passage du compte unique (un seul compte pour l’intégralité) vers le compte séparé n’engendre plus aucun frais s’il concerne un cas de moins de 16 lots. L’échéance est bloquée au 26 mars 2015 ce qui pourrait donner assez de temps aux syndics pour revoir les tarifs à la hausse avant de passer à la gratuité, comme la loi le stipule. Mais cela va encore plus loin lorsqu’une signature d’un contrat engage les deux parties pour non plus une année, comme c’est de coutume habituellement, mais pour une durée de 3 ans.

On relève également la facturation de services intégrés dans des forfaits, alors que leur prestation est considérée comme obligatoire et non sujette à une grille tarifaire.

Un décret devrait bientôt remettre à plat le processus de syndic tandis que UFC-Que choisir et ARC font des pieds et des mains afin de prévenir de ces différents cas de figure desservant la crédibilité des acteurs majeurs du syndic de copropriété.

Commentaires